Et moi, je choisis le mot « doux »…

Affiche du spectacle

C’est le mot qui décrit au mieux « Les gens d’Oz », ces quelques personnages charmants qui nous envoûtent dans une sorte de réalité émotionnelle au Théâtre de la Colline. Le nouveau spectacle de Galin Stoev, metteur en scène d’origine bulgare (notamment connu pour Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux à la Comédie Française (2011), Tartuffe de Molière à la Comédie Française (2014) et d’autres); met en honneur la conversation comme un outil dramaturgique. La simplicité des décors et l’absence d’une action dramatique permettent d’accéder aux jardins secrets des personnages grâce au texte magnifique de Yana Borisova, auteur dramatique bulgare.

Erwin, Sart, Mia et Truman ont chacun une relation particulière avec l’écrivain Anna, une auteur à succès qui a arrêté d’écrire depuis 10 ans. Solitaire et pas très accessible, Anna fascine les personnages d’une manière ou d’une autre: la voisine parfaite pour Erwin, la femme mystérieuse pour Sart, l’idole pour Mia et…la co-habitante confidente de Truman. Les conversations que les personnages mènent sont intimes et profondes d’un point de vue sentimental mais très légères et simples dans leur forme, ce qui permet aux spectateurs de se retrouver dans le texte et faire leur propre lecture de la pièce.

Le spectacle nous incite à réfléchir à la notion d’intélligence émotionnelle, une qualité à laquelle tout le monde aspire. Différentes expériences et émotions caractérisent chacun des personnages à différents moments de la pièce et c’est l’une des richesses du spectacle.

Pourquoi je choisis le mot « doux » ? Vous allez comprendre en allant faire connaissance avec les gens d’Oz et leur jeu d’intéractions plein de sens, d’humour et d’émotion.


Les Gens d’Oz de Yana Borissova, mise en scène Galin Stoev, du 3 mars au 2 avril 2016 au Théâtre de la Colline, Paris 20ème.

Source photo : site du Théâtre de la Colline