Quand l’art apaise l’esprit

10721457_10152790592662733_2106487675_n

Cliquez sur l’mage pour l’augmenter

S’intéresser à la culture veut dire découvrir des mondes inconnus créés par le cerveau humain. L’inconnu peut faire peur parfois mais aussi émerveiller. Ne cherchant ni l’un l’autre les jeunes artistes du groupe intégré du Centre des enfants Unis à Pernik, Bulgarie nous donnent accès à leur univers enchanté. Chaque oeuvre, créée sous la direction artistique de Mme Tatayana Kitanova est unique. Des techniques diverses sont utilisées pour assembler des symboles de la nature et de l’imagination à travers des matériaux comme le bois, le textile, la peinture mais aussi des pierres ou de la céramique. Chaque jeune, spécialiste dans son domaine ajoute sa pierre à l’édifice qui devient finalement un beau château des contes. Le but de l’atelier n’est pas seulement de créer de la beauté mais aussi aider ses artistes ayant des incapacités mentales ou physiques. Ce qu’ils pratiquent s’appelle de l’art-thérapie – communiquer grâce à un moyen universel comme l’art. Tatyana Kitanova est une artiste et spécialiste en art pédagogique qui travaille dans le domaine du management social. L’atelier du groupe intégré est créé en 2001 auprès du Centre des enfants Unis à Pernik.

L’association « Mission Bulgarie », une structure basée à Paris et qui organise des événéments culturels met en avant le travail du groupe pour récolter de moyens aidant le dévelopement de l’atelier d’art-thérapie. L’équipe de l’association expose une partie des tableaux pendant tous ses événéments et a fait de cette initiative l’un des fils rouges de ses activités. Certaines oeuvres sont reproduites sous forme de mugs et pour chaque don de plus de 15 euros pour l’association vous en recevrez un comme cadeau.

 

 

 

 

l'enfant et l'oiseau

Razhodka_kotka

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Association Mission Bulgarie:

Site internet: http://fr.missionbulgarie.org/

Contact: contact@missionbulgarie.org

Publicités

La fête nationale bulgare à Lyon

Hier soir il y avait une soirée à l’occasion de la fête nationale bulgare qui a lieu le 3 mars. L’événement était organisé par l’Association Échanges Rhône-Alpes Bulgarie – l’association des bulgares à Lyon. Chaque année il y a un invité spécial qui vient du pays natal pour célébrer avec nous ce jour important. Un petit rappel de l’histoire, les représentations des enfants de l’école bulgare à Lyon et les danses folkloriques bulgares qui à chaque fois remplissent mon cœur. Pas pour rien, j’ai fait ces danses pendant sept ans quand j’étais petite. C’est la sorte de danse dont tu ne peux pas te détacher à jamais. Les rythmes irréguliers qui n’existent presque dans aucun autre pays, l’ambiance somptueuse, les costumes en couleurs, tout cela reste gravé dans le cœur. Quand on dit qu’on apprend à faire du vélo et après on ne peut jamais oublier comment faire, on a raison aussi pour les danses folkloriques. Une fois entré dans l’atmosphère même un peu mystique de cette beauté chorégraphique on ne peut plus en sortir. Une beauté créée par les gens ordinaires dans les moments les plus difficiles de l’histoire de la Bulgarie. C’est une beauté qui vient des parties les plus profondes de l’âme, une beauté qu’il faut savoir ressentir…Cette fois-ci l’invité spécial était la formation de danses  »Slavyani » -ils ont représenté un mariage bulgare traditionnel avec des vrais mariés – une bulgare et un français (respect pour lui qui avait appris à danser très très bien). Dans des moments comme celui-ci j’ai envie de montrer à tout le monde une partie de notre culture et je vais le faire maintenant même si à travers des petites vidéos…Merci pour cette belle soirée! :))))