Livres, films, musique et de bons souvenirs pour accueillir l’automne

Après une longue absence consacrée aux vacances mais aussi à des obligations, je reviens ici, sur mon blog, pour continuer à m’exprimer sur ce qui me tient à coeur.

J’ai choisi à parler, dans ce premier post de la rentrée, des moments culturels qui m’on marqué pendant l’été, mais aussi des événements actuels dont vous pourrez profiter si vous le voulez.

#voyage Grèce Antique | Chaque voyage dans un pays étranger est un petit exploit. Marcher sur les pas des héros de la mythologie grècque est une vraie découverte surtout pour ceux qui aiment l’histoire et encore plus pour les « explorateurs » de tous les jours. Ce qui rend la Grèce charmante est la beauté mystérieuse qui l’entoure. La mythologie est une sorte de receuil de belles histoires d’honneur, d’amour, de bravoure, de sentiments. Chacun décide s’il y adhère ou pas mais c’est cette mythologie qui a plus ou moins donné naissance au berceau de la civilisation moderne. On y trouve des temples, des monuments bâtis pour honorer des dieux, des héros mais dans lesquels des personnages historiques ont mis les pieds. Ce mélange de fiction et de réalité historique fait de la Grèce un endroit fort intéréssant à visiter.

Site archéologique de Delphes, Grèce

Site archéologique de Delphes, Grèce

#livre Voyage vers soi et Déviation de Blaga Dimitrova | On dit que Voyage vers soi est un roman d’amour mais en fait c’est beaucoup plus que cela. Le titre du roman est très bien choisi, parce que l’auteure se découvre à travers ses liens avec les autres. Dans son voyage elle apprend à aimer mais aussi à trouver un chemin vers soi qui va l’aider à comprendre ce qu’elle veut de la vie. C’est un roman très psychologique  qui sort de la trivialité. On retrouve un style très fin qui aide beaucoup à passer les messages voulus. L’histoire se déroule pendant l’époque soviétique en Bulgarie ce qui donne une touche « exotique » au roman. Traduit à plusieurs langues dont le français, le roman sorti en 1965 est emblématique pour l’oeuvre de Dimitrova. L’une des thématiques principales dans l’oeuvre de l’auteure est celle du temps. Le temps dans toutes ses dimensions : le temps qui passe et qui s’arrête, le temps qui est témoin de l’histoire, le temps selon lequel chacun vit intérieurement et le temps réel. Déviation (1967) raconte l’amour mais toujours différemment de ce qu’on attend. Il y a deux personnes dont les histoires se mêlent et s’éloignent mais dont le rapprochement a créé une bulle dans le temps. Une bulle de laquelle les personnages puisent et recréent des souvenirs qui les ont marqué à jamais. Ce sont des livres que vous pouvez trouver chez des antiquaires ou sur Internet, mais cela vaut la peine.

#musique Strut de Lenny Kravitz | Le nouvel album de Kravitz qui vient de sortir booste le corps et l’esprit. Les morceaux sont vivantes, comme d’habitude dans un mélange de styles et donnant envie de danser. Pas surprenant d’une oeuvre signée LK. Découverte de l’album sur Spotify ou pendant la tournée européenne de l’artiste, surtout à Paris Bercy le 23 novembre prochain.

#film Saint Laurent de Bertrand Bonello | YSL revit grâce à Gaspard Ulliel. Le jeune acteur convainc avec son jeu d’un acteur confirmé. Les gestes, les regards même l’articulation des mots qu’il prononce sont très réussis. La vie du couturier n’a pas été facile, en passant par les dépressions, la drogue, l’alcool il s’est crée une image assez controversée mais qui n’a fait que confirmer son génie d’artiste. Le film passe encore au cinéma, je le recommande fort ainsi que sa bande son.

Ne trouvez pas que ce sont de bonnes solutions pour accueillir l’automne ? Et vous, qu’est-ce que vous allez me proposer ?

Publicités

L’éloge de la vulnérabilité

‘Se fermer à la vulnérabilité, c’est s’éloigner des expériences qui donnent du sens à la vie.’  Brené Brown 

DSCN9962

Je me suis toujours demandée pourquoi aujourd’hui, dans la société moderne c’est bien vu d’être détaché? On est considéré comme ‘cool’ si on ne montre pas ses sentiments. Si quelqu’un lâche prise, il y aura toujours un autre qui va considérer l’acte comme de la faiblesse. C’est comme si profiter de ce qui nous rend humains est une honte…On vit dans une époque où la culture de comparaison et de quête de perfectionnisme règnent. Il faut être parfait dans tout ce qu’on entreprend, gérer son temps, prendre toujours les bonnes décisions. L’idée qu l’inconnu fait toujours un peu peur peut être utilisée pour introduire le sujet de ce post. La vulnérabilité fait partie des concepts un peu abstraits de notre vie liés à la peur du fait de ne pas les connaître. C’est un sentiment étrange qu’on fuit tant…mais qui, si on le connaît peut nous offrir des moments de joie et de bonheur. C’est ce qu’essaie de montrer la chercheuse Brené Brown dans son livre ‘Le pouvoir de la vulnérabilité’, sorti en 2012 et devenu best-seller du développement personnel dans le monde entier.

Brown écrit un essai accessible et bien documenté, le fruit de douze années de recherches. En commençant par s’intéresser à la honte Brown se rend compte que la vulnérabilité est au cœur, au centre des expériences humaines significatives‘. Tout le monde craint la souffrance, la déception en « osant beaucoup », mais ‘quand on passe sa vie à repousser (consciemment ou inconsciemment) la vulnérabilité, on ne peut pas laisser place à l’incertitude, au risque, à la joie.La chercheuse casse les mythes de la vulnérabilité en l’expliquant et en décrivant les conclusions auxquelles elle est arrivée. Elle parle de la honte, des masques qu’on met dans la société pour se protéger de la vulnérabilité, des précautions qu’on prend et le fait de ne pas ‘beaucoup oser’. Il ne s’agit en aucun cas de se montrer vulnérable partout et devant n’importe qui mais tout d’abord devant soi-même (essayer de se connaître mieux et d’accepter nos fêlures) et après devant ceux qu’on aime. Parce que très souvent s’accepter soi-même sans se reprocher, est le plus difficile. L’auteur appelle des Entiers, ceux qui ‘s’engagent dans la vie avec un sentiment de sa propre valeur. Cela veut dire cultiver le courage et la compassion de s’éveiller le matin, en pensant: Peu importe ce que je fais ou ne fais pas aujourd’hui, je suffis à la tâche.

Je vais finir le post avec encore une citation du livre, que je vous invite à lire: « La vulnérabilité n’est pas la faiblesse. L’incertitude, le risque et les émotions de tous les jours ne sont pas des options. Le seul choix possible est une question d’engagement. La volonté d’assumer sa vulnérabilité et de l’embrasser détermine la profondeur du courage et la clarté du but.‘*

C’est vraiment intéressant de plonger dans cette lecture et se poser certaines questions sur soi-même mais aussi sur la société dans laquelle on vit et on se développe.


*Toutes les citations font partie du livre ‘Le pouvoir de la vulnérabilité’ de Brené Brown, Guy Trédaniel éditeur, 2012

Pour aller plus loin :

Rencontres philosophiques chez Shakespeare and Co.

Image

Chez Shakespeare and Co.

Vous adorez lire, possédez un âme d’artiste et vous vous interrogez sur le monde qui vous entoure?

C’est à la librairie Shakespeare and Co. que vous trouverez votre bonheur. Un lieu incontournable pour chaque amoureux des livres anglophone qui se respecte, cet endroit insolite et plein de charme nous invite régulièrement pour ses rencontres philosophiques. Dans une ambiance cosy et très conviviale on se sent libre à exprimer nos idées.

Le 5 mars dernier, j’ai pour une première fois, participé à une rencontre de ce type sur le sujet: « Defining the Problem of Tomorrow’s Memory: Cultural Heritage in the Digital Age » (Definir le problème de la mémoire de demain: l’héritage culturel à l’ère numérique.) C’était une discussion animée par Liz Stainforth, doctorante à l’école de beaux-arts, histoire de l’art et études cuturelles à l’Université de Leeds. Elle a lancé quelques pistes de refléxion sur la mémoire collective à l’ère numérique, le développement de l’archivage numérique, la mémoire culturelle structurée par la technologie, la place de la culture du papier et les bibliothèques physiques.

Ce sont des questions fort intéressantes qui méritent d’être discutées à long terme. En tant que future professionnelle de l’information et adorant lire, ce sont des questions qui touchent à ma curiosité. La grande question ici est liée à la révolution que la culture numérique a crée dans presque tous les domaines de nos vies. La liberté qu’on possède pour s’exprimer et pour s’informer amène aussi ses côtés négatifs : l’exploitation de nos données, la surinformation, le changement dans les relations interpersonnelles que les lieux physiques de mémoire créaient. Ce sont des sujets qui seront de plus en plus étudiés et discutés, donc à nous tous de contribuer à ces refléxions. Et vous, qu’est-ce que vous en pensez? Je serais ravie de voir vos points de vue ou vos idées! Alors, n’hésitez pas!

Merci à l’équipe de Shakespeare and Co. pour leur beau travail! Si vous voulez visiter la librairie, voici des informations complémentaires: http://www.shakespeareandcompany.com/index.php

‘Regardez autour de vous…’

Regardez autour de vous. Regardez ce monde qui bouge. Qui est fort, qui est faible? Chacun lutte courageusement pour mériter sa place au fond de ce bocal: c’est la vie. Alors, cessez d’avoir peur et, quelle que soit la raison qui vous donne momentanément l’illusion d’être faible, battez-vous. L’univers vous sera toujours hostile, un déluge se prépare peut-être, alors, dans le doute, battez-vous encore pour être plainement vous-même.

‘Cosplay’, Laurent Ladouari

DSCN9418

Une soirée en compagnie de Laurent Ladouari et son ‘Cosplay’ qui ne te lâche pas avec sa légerté et son sens profond en même temps.