XYZT ou la transformation du numérique en art

Combiner l’art et le numérique? C’est difficile d’imaginer un tel mélange, par contre Adrien Mondont et Claire Bardainne le font extremement bien. D’où provient cet émoi dont je vous fait part aujourd’hui? La réponse est l’exposition interactive XYZT Paysages abstraits qui a lieu en ce moment aux Subsistances, Lyon.

Cela faisait un moment déjà que j’attendais cette exposition à Lyon. J’avais lu un article consacré aux artistes dans la revue Mouvement de janvier-mars 2012. Pourquoi je l’attendais avec tant d’impatience? Parce que c’est une oeuvre extraordinaire par sa nature et par la manière dont elle fait le lien entre l’exactutude du numérique et l’irrationnel de l’art. X pour horizantalité, le Y qui désigne la verticalité, le Z – la profondeur et le T pour temps. Cette explication donne un goût vraiment mathématique de l’exposition parce qu’elle est, mais l’interactivité fait que cette scientificitié nous touche en sens propre et figuré. Chaque oeuvre est interactive c’est-à-dire que le visiteur est l’acteur principal dans la visualisation de ces dernières. Il faut contempler, toucher, souffler, bouger pour qu’on puisse profiter de l’integralité de l’oeuvre. C’est vraiment difficile d’expliquer le fonctionnement des oeuvres si on ne connaît pas le langage mathématique, pour cela vous pouvez vous procurer la petite brochure explicative à la billetterie. On ressent plusieurs émotions en passant par les différentes installations – la joie, l’étonnement, la confusion mais c’est sûr que vous n’allez pas rester indifférents. Chaque oeuvre a sa propore identité qui la rend exceptionnelle. Je ne mets que deux petites photos pour donner une idée, mais pas plus pour que cela reste intéressant pour vous de découvrir l’exposition. Elle sera démontée le 30 juin. Profitez-en.

…l’air du temps…

Oui, je sais, cela fait longtemps… :)) Entre-temps – marché de la mode vintage, une nocturne au Musée des Beaux-Arts de Lyon, le nouveau Tim Burton, un bouquin en anglais que j’ai commencé et le jeune ballet du CNSMD de Lyon qui est à voir le samedi 9 juin à la Maison de la Danse. J’espère que je n’omets rien.

Les petites robes aux gros points, les couleurs vives, les bijoux mignons, les sacs en cuir…et non, le vintage style n’est pas mort. La preuve: le succès de la 11ème édition du marché de la mode vintage aux anciennes usines Brosette le 2 et le 3 juin à Lyon. Une fête en hommage de ce courant sexy et qui fait rêver avec un défilé des étudiants de l’Université de la Mode, diffusion de documentaires des années vintage, des stands de fringues, de livres, de photos, de meubles; des ateliers de mode, une caravanne à l’américaine qui difusait de la musique des années 50, 60, 70, 80 et un petit resto rigolo avec des hot dogs.

Le bonheur pourles addicts du vintage. Un grand choix qui exige au moins deux tours du marché. Il ne faut pas oublier les tombolas pour gagner des cartes de shopping dans différents magasins comme Galleries Laffayette. Moi personnellement, j’ai acheté un petit sac en cuir et je suis très contente de mon choix. En fait s’il faut résumer ce serait dire que ce n’était pas un simple marché mais un vrai retour dans ces années folles et vers l’idée d’une beauté légère, classe et colorée.