La fête nationale bulgare à Lyon

Hier soir il y avait une soirée à l’occasion de la fête nationale bulgare qui a lieu le 3 mars. L’événement était organisé par l’Association Échanges Rhône-Alpes Bulgarie – l’association des bulgares à Lyon. Chaque année il y a un invité spécial qui vient du pays natal pour célébrer avec nous ce jour important. Un petit rappel de l’histoire, les représentations des enfants de l’école bulgare à Lyon et les danses folkloriques bulgares qui à chaque fois remplissent mon cœur. Pas pour rien, j’ai fait ces danses pendant sept ans quand j’étais petite. C’est la sorte de danse dont tu ne peux pas te détacher à jamais. Les rythmes irréguliers qui n’existent presque dans aucun autre pays, l’ambiance somptueuse, les costumes en couleurs, tout cela reste gravé dans le cœur. Quand on dit qu’on apprend à faire du vélo et après on ne peut jamais oublier comment faire, on a raison aussi pour les danses folkloriques. Une fois entré dans l’atmosphère même un peu mystique de cette beauté chorégraphique on ne peut plus en sortir. Une beauté créée par les gens ordinaires dans les moments les plus difficiles de l’histoire de la Bulgarie. C’est une beauté qui vient des parties les plus profondes de l’âme, une beauté qu’il faut savoir ressentir…Cette fois-ci l’invité spécial était la formation de danses  »Slavyani » -ils ont représenté un mariage bulgare traditionnel avec des vrais mariés – une bulgare et un français (respect pour lui qui avait appris à danser très très bien). Dans des moments comme celui-ci j’ai envie de montrer à tout le monde une partie de notre culture et je vais le faire maintenant même si à travers des petites vidéos…Merci pour cette belle soirée! :))))


La BM de Lyon – espace de culture et découvertes

En deux semaines j’ai eu la chance de visiter des événements culturels très divers et impressionnants. En commençant par une visite guidée du silo de la Bibliothèque Municipale de Lyon, un lieu extrêmement chargé d’histoire et de beaux ouvrages très anciens, en passant par la conférence de Jean-Marc Adolphe – rédacteur en chef de la revue Mouvement et finissant à l’Institut d’Art Contemporain à Villeurbanne pour l’exposition de Joachim Koester. Il ne faut pas que j’oublie la séance de cinéma consacré au film The Detachment, qui était justement exceptionnel.

Le silo d’une bibliothèque peut ne pas paraître très intéressant, on imagine beaucoup de livres rangés, qu’on peut facilement voir dans chaque bibliothèque sauf que celle de Lyon a quelques particularités.

D’abord c’est la deuxième bibliothèque la plus riche après la Bibliothèque Nationale de France, à Paris. La plupart des ouvrages les plus anciens sont issus de la collection du Collège jésuite de la Trinité de Lyon qui aujourd’hui porte le nom Collège Ampère sur le presqu’île. C’est une grande collection qui comporte environ 500.000 ouvrages. On a eu la chance de pouvoir consulter le livre le plus ancien de la bibiliothèque – ouvrage de l’époque du roi Henri III, avec une reliure dorée. Livre de prières liée au culte de la Vièrge. Ornée de plusieurs dessins avec une signification particulière l’ouvrage fait partie d’une collection de douze livres funèbres dont deux dorés et dix – argentés.

Deuxièmement, en ce moment-là il y a la numérisation du fond de la bibliothèque qu’on peut consulter sur le site de l’institution. Une possibilité qui ne se présente pas dans toute bibliothèque.

La BM de Lyon est un de ces endroits où règne une certaine beauté grâce à la richesse d’histoire et de culture qu’elle comporte. Organisateur de plusieurs événements culturels – des visites commentés, des conférences, des lectures, d’expositions; partenaire dans des festivals, des rendez-vous; éditeur de son propre magazine TOPO, la bibliothèque est l’un des espaces de culture qu’il faut visiter quand on est à Lyon. Un espace qui entretient l’intérêt pour la culture et le patrimoine vif et toujours réveillé pour de nouvelles découvertes.